5 lieux « Atlas Obscura » en Espagne

septembre, 3 2019

Michèle et Sanne arpentent les routes d’Europe à bord de leur petit camping-car bleu vif et partagent leurs expériences sur « The adventures of MiSa ». Elles ont acheté un petit livre spécial, l’« Atlas Obscura ». Ce guide, qui s’accompagne d’un site web, regorge d’endroits curieux et originaux à découvrir de par le monde. Michèle et Sanne visitèrent 5 lieux « Atlas Obscura » en Espagne.

1. Les moulins à vent de Don Quichotte

Le village historique de Consuegra se trouve à une petite heure de route de Madrid. Douze moulins à vent blancs s’y dressent au somment d’une chaîne de montagnes. Ces véritables icônes ont été bâties au XVIe siècle et leur dernière utilisation date de 1980. Actuellement, certains de ces moulins se visitent. L’endroit est idéal pour se familiariser avec l’histoire des moulins et profiter de la vue sur la campagne environnante. Saviez-vous que ces moulins blancs ont joué un rôle crucial dans le récit de Don Quichotte de 1605 ? Dans ce récit, le héros Don Quichotte pense que les moulins sont des géants et il les attaque. Une histoire passionnante à lire si vous projetez une visite en ce lieu. A côté de ces moulins se trouve l’imposant château de « La Muela », qui est également accessible aux visiteurs.

Windmolens La Mancha

Cette visite nous a beaucoup plu. Nous avons d’ailleurs décidé de dormir sur un emplacement offrant une vue sur les moulins et avons pu admirer un splendide coucher de soleil. A notre réveil le lendemain matin, les moulins avaient disparu dans le brouillard. Heureusement, le brouillard s’est vite levé et nous avons pu faire quelques photos. Malheureusement, nous n’avons pas visité l’intérieur des moulins. Peut-être le ferons-nous la prochaine fois que nous serons dans les environs. Vous souhaitez découvrir l’intérieur du château et des moulins ? Le tarif est de 7,50 € par adulte et de 4,50 € par enfant de 7 à 12 ans.

2. Lieu de pèlerinage de l’Ordre des Templiers

Sur la côte de Biscaye se trouve une petite île sur laquelle se dresse une église et qui porte le nom de Gaztelugatxe. Ce nom a une double signification : rocher de l’église et église inaccessible. Et ce côté inaccessible semble véritablement l’être. En effet, pour atteindre la petite église de l’île, il faut emprunter un escalier en pierre bien entretenu, qui vous mènera 150 mètres plus haut. Il s’agit d’une véritable ascension, mais qui vaut le détour ! Une fois sur l’île, vous bénéficierez en effet d’une vue magnifique sur la mer et vous pourrez visiter la petite église riche en histoire. L’église a été bâtie au XIe siècle par les chevaliers de l’Ordre des Templiers et servait de lieu de pèlerinage. L’église a plusieurs fois été incendiée, dévalisée ou détruite d’autres manières, mais elle fut à chaque fois reconstruite.

Gazteluatxe

Lorsque nous avons trouvé cette perle en quittant la ville animée de Bilbao (± 45 minutes de route), nous fumes plus qu’heureuses ! Après une balade d’environ trois kilomètres depuis le parking, nous arrivâmes à Gaztelugatxe. Une fois au sommet de l’île, nous avons pu profiter de la splendide vue. Et nous avons fait sonner trois fois la cloche de l’île, car d’après les croyances, cela éloigne les mauvais esprits. Petit fait amusant : les escaliers de Gaztelugatxe sont visibles dans la célèbre série Game of Thrones (Le Trône de fer).

3. Une cascade riche d’histoire

Au nord de Valence, dans la petite localité de Navajas, se trouve l’énorme cascade de Salto de la Novia. Cette cascade d’une hauteur de trente mètres se jette dans le fleuve Riu Palancia et se trouve au cœur de la nature dans un environnement féérique. Une légende entoure cet endroit : les jeunes mariées devaient sauter par-dessus le fleuve pour prouver que leur amour était réel et que leur mariage était voué au succès. La plupart des mariées trouvèrent un endroit où le fleuve n’était pas trop large, mais l’une des mariées n’eut pas de chance. Elle sauta et glissa. Son époux sauta pour la sauver mais sans résultat. Tous deux moururent noyés à cause du courant. On dit qu’il est possible d’entendre leurs voix vers minuit et que la couleur blanche de la cascade rappelle la couleur de la robe de la mariée. Une histoire un peu fantomatique mais qui ne rend pas la cascade moins charmante.

Salto de la Novia

Salto de la Novia est vraiment un endroit magique. Nous y avons passé une petite heure. Lorsque nous y sommes allées il ne faisait malheureusement pas assez chaud pour se baigner. Autrement nous y serions restées bien plus longtemps ! Conseil : à proximité de cette célèbre cascade se trouve une deuxième cascade. Pour l’atteindre, nous avons dû grimper un peu, mais la vue sur la Salto de la Novia n’en était que plus belle.

4. Se perdre dans le labyrinthe de Josep Pujiula

En 1980, Josep Pujiula se lança dans la construction d’un labyrinthe le long du Fluvia, un fleuve catalan. Le labyrinthe a été construit avec des matériaux naturels et Pujiula anima l’ensemble avec des sculptures et autres statues. En 2002, il fut cependant obligé de tout détruire pour laisser place à la construction d’une nouvelle autoroute. Cela ne l’a pas arrêté et il a rebâti un nouveau labyrinthe le long de l’autoroute. Ce labyrinthe est ouvert au public. Il n’est pas très grand mais vous y écarquillerez les yeux ! Vous y découvrirez entre autres des passages en branches, une petite grotte, une petite cascade, des sculptures spéciales et un jardin potager avec une stèle commémorative.

Josep Pujiula labyrinth

Le parc n’est pas facile à trouver. Nous avons dû nous renseigner auprès de plusieurs personnes avant d’y arriver. Mais une fois sur place, nous avons profité jusque dans le moindre détail de tous ces éléments naturels. Josep Pujiula est entre-temps décédé, mais son petit monde est bien entretenu et fait l’objet de visites régulières. Nous avons apprécié le temps passé dans ce mini-labyrinthe !

5. Le sommet de l’église

Dans les années 60, le gouvernement catalan décida d’installer un réservoir d’eau dans le petit village de San Romà de Sau. Les habitants ont été forcés de quitter leur domicile avant que l’eau ne submerge le village. Après une période de sécheresse, une partie du village se dévoile. On voit alors se dresser la flèche du clocher de l’église millénaire, qui ne capitule pas facilement face aux forces de la nature. Lorsque l’eau est haute, seul le sommet de l’église est visible.

Vilanova de Sau - Atlas Obscura

Nous avons dû faire un petit détour pour atteindre ce village inondé, mais cela en valait la peine ! Entouré de montagnes, l’endroit est vraiment coupé du monde extérieur. Nous avons trouvé un emplacement offrant une vue sur la tour de l’église. Vu que nous étions en hiver, l’eau était à sa hauteur maximale, mais nous n’avons pas été déçues. Le plus marrant était que nous nous sommes subitement retrouvées entourées de vaches. L’endroit était idyllique et nous étions ravies d’échapper pour quelques temps à l’animation des villes.

Marieke Krämer
  • Auteur: Marieke Krämer
  • Le camping, Marieke est tombée dedans quand elle était petite. Tous les ans, elle et sa famille plantaient leur tente dans les plus beaux endroits des Pays-Bas et de Belgique. Marieke aime les vacances actives dans la nature, par exemple dans les Alpes françaises, en Slovénie ou en Écosse, et elle aime aussi découvrir les villes des environs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *