Camper au petit bonheur la chance en France et en Espagne.

janvier, 28 2020

La plupart d’entre nous préfèrent organiser leurs vacances dans les moindres détails. Certaines personnes, au contraire, adoptent le principe du « on verra bien ». Moi-même, j’aime bien organiser mon séjour à l’avance, mais cet été, j’ai décidé de passer du côté de ceux qui ne planifient pas leurs vacances. Avec l’un de mes bons amis, nous avons décidé de camper sans planifier en France et Espagne. L’aventure, au petit bonheur la chance ! Voici le récit de notre expérience.

Au petit bonheur la chance ?

Tout d’abord, il faut nuancer cette expression « au petit bonheur la chance ». Faire du stop, ou camper à côté d’une prairie remplie de vaches, ce n’était vraiment ce qu’on souhaitait. Les aventuriers (ou presque) que nous sommes ont tout de même décidé de réserver le tout premier camping.

Het avontuur tegemoet!

C’est parti pour l’aventure !

Nous souhaitions tous les deux voir les plages du débarquement en France, donc le choix du point de départ était simple : la Normandie. Après ce premier camping, nous n’avions plus rien de prévu.

Un camping un peu trop calme

Dans la petite ville de Tournières, nous sommes arrivés au Camping Le Picard, notre premier point de chute. Ce camping respire l’authenticité et ses propriétaires vous accueillent avec le sourire. De quoi partir du bon pied. À la toute petite réception, ils nous ont présenté (en anglais) le camping et les environs.

Aankomst op de kleine en rustige camping Le Picard

Arrivée au camping Le Picard, petit et calme

Nous avons tout de suite constaté que les visiteurs venaient ici pour le calme. Une petite piscine, un étang et une aire de jeux, voilà les seuls divertissements de ce camping. Excepté une voisine ronfleuse, la soirée et la nuit ont été très calmes.

Geen kampeervakantie zonder goede koffie!

Pas de vacances en camping sans un bon café !

Nous étions tous les deux d’accord : un peu plus d’activité n’aurait pas été du luxe. Les villages alentour ne nous ont malheureusement pas apporté de réconfort à ce sujet. Les restaurants, les terrasses et les cafés étaient tous fermés. De véritables villages fantômes ! Les deux guitares que nous avons emportées nous auront au moins servi à apporter une note joyeuse. Le tout en profitant d’une bonne tasse de café bien méritée !

La Normandie : une région impressionnante

Les plages du débarquement de la Seconde Guerre mondiale nous ont laissé un souvenir impérissable. Cette région empreinte d’histoire ne laisse aucun doute sur la gravité des événements qui s’y sont déroulés. Le cimetière américain est vraiment bouleversant. Ne manquez pas non plus la visite des tranchées allemandes. L’entrée se trouve juste à côté de la Batterie de Maisy. Vous pourrez voir de près les grands canons et les bateaux des alliés.

De Amerikaanse begraafplaats op Omaha Beach

Le cimetière américain d’Omaha Beach

Ici, de nombreuses reliques de guerre sont disponibles à la vente. Des casques cassés, des morceaux de grenades, des morceaux d’armes, bref, un peu de tout. Les collectionneurs auront de quoi satisfaire leur curiosité. Nous avons acheté quelques cartes postales datant de cette époque. La dame qui tient le magasin nous a raconté l’histoire de ces cartes. Un réel voyage dans le temps.

In deze bunker schuilden de nazi's

Les nazis se cachaient dans ce bunker.

Des glaces hors de prix au Mont-Saint-Michel

Le lendemain, nous avons été visiter le célèbre Mont-Saint-Michel. Nous avons fait de belles photos, mais pour nous, les plages du débarquement étaient plus intéressantes. Le Mont-Saint-Michel s’est avéré être une attraction touristique à rayer rapidement de notre liste. Un petit conseil : emportez suffisamment de friandises et autres casse-croûtes. Dans les rues du Mont-Saint-Michel, une glace vous coûtera 4,20 € la boule. Autant vous dire que nous avons rapidement passé notre chemin.

Le-Mont–Saint-Michel

Le-Mont–Saint-Michel

De retour au camping, nous avons discuté de la suite du voyage. Nous avions envie de soleil, de la mer, mais aussi d’animation. J’ai souvent été camper en Espagne, donc je connaissais quelques endroits sympas. Le choix était rapide. Nous avons remballé nos affaires direction le Camping Laguna.

Chez nous en Espagne

Après un voyage de presque 12 heures (avec des étapes), nous sommes arrivés au Camping Laguna. Pour moi, c’était un peu comme rentrer à la maison, j’y suis déjà venu une bonne dizaine de fois. J’ai retrouvé les yeux fermés le chemin vers la boulangerie et vers la piscine. Le contraste avec le camping français ne pouvait pas être plus flagrant. Presque tous les recoins étaient occupés et il y avait de l’animation partout. Enfin !

Genieten op het strand met uitzicht op Empuria Brava

Profiter de la plage et de la vue sur Empuria Brava

Le personnel très amical nous avait réservé une place près de la plage. Nous nous sommes dit « Quelle chance que cet emplacement soit encore libre ». Nous avons vite compris pourquoi. Pas une once d’ombre à cet endroit. Étant donné la chaleur espagnole, cela peut rapidement poser problème, surtout si vous n’avez rien sous la main pour vous en protéger. Un peu de préparation n’aurait pas fait de tort.

Na overleg met de receptie konden we snel verhuizen naar een plek met schaduw

Après concertation avec la réception, nous avons pu déménager à un endroit plus ombragé.

Avec un peu d’assurance, tout est possible. Le lendemain, un super emplacement s’est libéré et nous avons tout de suite été voir la réception. Changer de place ne posait aucun problème. Voilà comment nous avons obtenu un bel emplacement à l’ombre.

Changement de plan

Initialement, nous avions prévu de rester trois jours en Espagne, mais au final, nous sommes restés une bonne semaine. Puisque nous n’avions réservé aucun camping pour la suite, notre programme était flexible. Dans la ville d’Empuria Brava, nous passions de très belles soirées et pouvions profiter de la mer et de la piscine. Aucune raison de s’en aller !

Het stadje Empuria Brava vermaakte ons zowel 's middags als 's avonds

Empuria Brava nous a bien divertis, de jour comme de nuit.

Pendant le voyage vers l’Espagne, nous avions pensé à chercher des villes et villages intéressants et avions établi une liste. Mais cette liste est restée bien rangée, nous ne l’avons jamais utilisée et c’était très bien comme ça ! Nous avons profité de chaque instant, en toute quiétude et avec beaucoup de plaisir.

Après une semaine de soleil, de mer, de plage et de « cerveza », il était temps de partir. Nous avions envie d’action, tout en commençant à remonter vers les Pays-Bas. Sur nos téléphones, nous avons comparé les différentes régions et les campings. Au final, nous avons choisi le Camping Rives d’arc en Ardèche et étions déjà impatients de faire du kayak.

Du kayak sous un soleil de plomb

Notre séjour au Camping Rives d’arc était bref, mais intense. Dès notre arrivée, nous avons réservé la descente en kayak que nous avions vue plus tôt. Mais quelle distance choisir ? 7, 15 ou 32 kilomètres ? Le parcours le plus court nous a été déconseillé, donc nous avons choisi le plus long. Faire 32 kilomètres sous un soleil de plomb n’a pas été simple, mais nous étions de retour largement dans les temps pour la dernière navette.

Klaar om 32 kilometer te kanoën

Prêts pour 32 kilomètres de kayak

Les crampes aux bras et aux épaules ont imposé une journée plus tranquille le lendemain. Après un petit-déjeuner tranquille, nous ne sommes pas restés inactifs bien longtemps. En faisant quelques heures de géocaching, nous avons appris à mieux connaître les environs. Cette activité, subtil mélange de randonnée et de chasse au trésor, est à ne manquer sous aucun prétexte. Vous aurez simplement besoin de votre smartphone, rien d’autre !

Nous avons clôturé nos vacances par un chouette concert au camping et un bon dîner. C’est donc le lendemain que nous sommes rentrés détendus chez nous, aux Pays-Bas.

À refaire ?

À la lecture de cet article, vous aurez bien compris que nous avons adoré camper « au petit bonheur la chance ». Le manque de préparation a bien sûr fait apparaître quelques points négatifs. Le manque d’animation en Normandie et l’emplacement sans ombre en Espagne en sont de bons exemples. Toutefois, comme nous étions flexibles et que nous avions un bon contact avec la réception, cela n’a pas posé de problème particulier.

Au final, nous avons trouvé plus d’avantages que d’inconvénients au camping au petit bonheur la chance. Nous avons pu camper avec beaucoup de flexibilité et sans stress. Si la météo avait été mauvaise ou le camping pas terrible, il nous suffisait de partir. Modifier nos plans au fur et à mesure du voyage était aussi très facile. Aucun camping ne nous attendait, et cela nous a donné un sentiment de liberté. Nous le referions sans hésiter !

Vous aussi, vous êtes déjà partis sans rien planifier ? Qu’en avez-vous pensé ? Avez-vous rencontré des difficultés ou avez-vous des conseils ? Partagez votre expérience !

Tom Haze
  • Auteur: Tom Haze
  • Tom campe depuis son plus jeune âge, notamment en Espagne, en France et en Norvège. Il est passionné de nature et aime l’action et la diversité. Tom partage avec plaisir sa passion pour le camping et ne part presque jamais sans sa guitare et son fameux café.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *